[() Pour activer les images tournantes :

Communiqué sur la possibilité d’ouvertures de Nantes Beaulieu les dimanches en décembre 2016

vendredi 25 mars 2016 par uldamin

En 2014 la maire de Nantes a voulu autoriser l’ouverture des commerces deux dimanches en décembre, mettant ainsi fin à la règle qui prévalait jusqu’alors.

Cette décision a été habillée d’une pseudo négociation, avec signature d’un accord sans valeur juridique, cautionné par la CFDT, la CGC et l’UNSA et le patronat des Commerces.

Il était affirmé que l’ouverture serait limitée aux commerces du centre ville. Dès le début la CGT avait dénoncé cette mascarade, le danger de généralisation qu’elle représentait et s’était opposée aux ouvertures dominicales des commerces. En effet, dans toutes les entreprises où nous avons des syndiqués, ceux-là nous disaient qu’ils préféraient le maintien du repos dominical et ne pas être contraints de devoir se positionner pour être ou ne pas être volontaire à la demande de l’employeur.

D’une part les organisations syndicales qui ne voulaient pas valider les ouvertures dominicales des commerces, et qui étaient majoritaires, ont été volontairement écartées du débat.

Les discussions se sont faites en catimini, pour aboutir à un accord sans valeur, tellement insignifiant que ses signataires ne l’ont pas rendu public.

Comble de cette pantomime, les signataires n’ont pas réussi à négocier la moindre contrepartie financière pour les salariés concernés qui devaient s’en tenir aux garanties imposées par la loi.

D’autre part la CGT avait alerté sur le fait que s’engouffreraient dans cette brèche tous les autres commerces, notamment ceux des galeries n’étant pas en centre ville.

Hélas, les faits nous donnent raison.

Contrairement à ce qui a été affirmé à qui voulait bien l’entendre, la simple lecture des arrêtés municipaux finalement publiés montre que sont concernés par ces ouvertures dominicales l’ensemble des commerces de la ville.

Aujourd’hui, l’établissement gérant la galerie commerciale du centre Beaulieu demande l’autorisation au préfet de faire travailler son salarié responsable du centre les 11 et 18 décembre 2016, dans le cadre des ouvertures dominicales accordées par la Maire de Nantes.

Les syndicats signataires des pseudos accords territoriaux découvrent que la parole des patrons n’est pas respectée et veulent demander à la Maire de ne pas autoriser l’ouverture de Beaulieu.

Mais réalisent-ils qu’avec leur bénédiction l’arrêté municipal a déjà été pris !?

Dans le contexte actuel de projet de loi travail, qui voudrait descendre au niveau de l’entreprise la définition de la norme en droit du travail, renvoyant à la négociation entre « partenaires sociaux » ceci illustre que ce type de négociation peut organiser la régression sociale et que les syndicats représentant les salariés n’ont pas droit à la naïveté.

Si nous avions été écoutés et si nous n’avions pas été écartés du débat nous n’en serions peut être pas là.

Les signataires de ces accords ont maintenant une responsabilité devant les salariés.

La CGT, quant à elle, continue d’affirmer son refus à ces ouvertures dominicales des commerces, qui sont autant d’exception au droit au repos dominical pour les salariés concernés.

Nous nous tenons à leur disposition pour organiser la lutte et les invitons à se rapprocher de la CGT pour s’organiser.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 259 / 89570

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License