[() Pour activer les images tournantes :

Ouvertures des commerces le dimanche dans l’agglomération Nantaise

mercredi 22 novembre 2017 par ulcgtnantes

Depuis 2014, à Nantes, la mairie autorise les commerces à ouvrir deux dimanches au mois de décembre.

Pour justifier l’arrêté la mairie s’abrite derrière un prétendu accord signé par des « partenaires sociaux » : 9 organisations dont des syndicats ou associations non habilités à signer un accord avec pour résultat un texte sans effet juridique ni contrepartie négociée pour les salariés. Cet accord est tellement insignifiant qu’il reste confidentiel.

Parmi les « partenaires sociaux » nous retrouvons la CFDT, l’UNSA ou la CGC. La presse locale se fait en moment le relais des couacs créés par ces ouvertures et fait état d’une négociation entre les « partenaires sociaux ».

Il s’agit encore d’un accord secret puisque la CGT n’a pas été conviée. Que d’autres syndicats s’engagent dans un tel processus en catimini est déjà en soi assez honteux, d’autant plus pour aboutir à un texte qui n’apportera rien aux salariés.

Mais surtout les couacs annoncés nous donnent raison. Les accords signés promettaient une ouverture limitée aux centres villes ou commerces de proximité.

Les « partenaires sociaux » avaient oublié qu’un arrêté municipal ne peut déterminer de zone géographique.

A présent des gros commerçants de l’agglomération veulent s’engouffrer dans cette brèche juridique pour ouvrir le dimanche 17 décembre. La CGT, avec d’autres syndicats, avaient dès le début annoncé que la mairie de Nantes ouvrait une brèche qu’elle ne pourrait ensuite plus combler. Les « partenaires sociaux » qui ont négocié en catimini ces accords sans valeur ne peuvent maintenant que constater le résultat des reculs qu’ils ont provoqués pour les salariés.

La CGT rappelle son opposition aux ouvertures dominicales pour les commerces.

Nous ne pouvons accepter la banalisation du travail du dimanche.

Après les commerces d’autres secteurs seront concernés.

Quand la banalisation aura eu lieu on nous dira qu’il n’est plus nécessaire de majorer l’heure de travail.

L’exemple des magasins Conforama, qui ont maintenant baissé les majorations pour travail le dimanche, est à cet égard significatif. Enfin, dans le contexte actuel où les ordonnances Macron veulent organiser la décentralisation de la négociation et de la production de normes juridiques au niveau de l’entreprise l’exemple de la pseudo négociation par les « partenaires sociaux » Nantais illustrent le danger du détricotage du droit du travail.

Laisser des « partenaires sociaux » négocier toutes les normes dans l’entreprise peut produire et produira des accords régressifs pour les salariés, le patronat dictant sa volonté, certains syndicats se contentant d’accompagner, en avalisant les reculs.

C’est cette logique de négociation que la CGT refuse.

L’exemple des ouvertures de commerces à Nantes le dimanche nous donne raison.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 318 / 92471

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License